.:.Chronique.:.

Pochette

May Fly

Curtain fall

[autoprod::2004]

|01 is it mean to me|02 higher|03 september|04 saturday morning|05 red roof|06 dreams and lights|07 glass shining leaves|08 spider step|09 promises|10 i hate these words|11 jeanne|12 drops|

Ces trois là font partie du collectif ‘‘rock’’ lyonnais l.i.m.b. regroupant 5 groupes assez différents mais qui unis organisent une belle quantité d’évènements et se font déjà une petite réputation. Une entraide judicieuse et payante puisque May Fly viennent de sortir leur premier album après un maxi ‘‘Forget’’ l’année dernière. Leurs influences semblent se trouver à la croisée d’une pop des plus douces et épurées à des choses beaucoup plus bruitistes et post-rock. Un terrain de jeu donc large et dégagé pour cette première tombée de rideau.

Le squelette de la plupart des chansons est fait de piano ou clavier et d’une batterie caressée plus souvent que heurtée. À trois, finalement peu d’instruments sont mis en jeu. Les voix de Nathalie et Yves se croisent pour instaurer une mélancolie perchée et délicate qui parfois fait penser à Maximilian Hecker (‘is it mean to me ?’, ‘promises’, ’jeanne’ …) et vous saute un peu à la gorge. Ce pari minimaliste qui de temps à autres s’échauffe un peu noisy comme du Mono parait sorti tout droit de chez Pehr car May Fly ressemblent bel et bien aux cousins français de Timonium qui n’auraient pas eut les même moyens de production. Son qui manque donc un peu de limpidité, mais c’est tout à leur avantage pour qui veut les écouter avec attention car il faut se pencher sur ces délicieuses ballades, quitte à basculer.

note : 8

par jean marc, chronique publiée le 27-01-2005

A voir également :

http://site.voila.fr/may_fly

http://www.limbrock.net/

?>