.:.Chronique.:.

Pochette

Verone

Retour au zoo

[Martingale::2004]

Le problème avec cet album de Verone, c’est qu’il y a de bonnes choses, mais il y a aussi des moments vraiment limites. Les nouveaux chouchoux de libération enchaînent 10 titres avec irrégularité et originalité. « Alaska » est un bon départ. Les paroles assez poétiques font presque oublier que le chant est en français. La musique est belle, douce, lancinante, et fait prendre de l’altitude. Mais dès le début du deuxième morceau : « Cameleon », on perd de l’altitude, et on se demande ou on va atterrir. Les sons sont kitsch à mourir, et la chanson fastidieuse. Comme sur des montagnes russes, on remonte avec « Jericho » (peut être le meilleur titre de l’album) qui nous plonge dans une atmosphère digne du premier album de Kaolin. Bizarre d’ailleurs que peu fassent ce rapprochement avec le groupe de rock français. Le chanteur de Verone réussit un exploit sur ce titre. Il réussit à faire passer une tonne d’émotion en chantant : « Les trompettes éclatent ». Joli.

Puis « Des chevaux sous la mer » nous fait redescendre de notre petit nuage. Cet album « Retour au zoo » n’est fait que de montées et de descentes difficiles. « Tout est léger » redonne beaucoup d’espoir. Confirmation avec « Retour au zoo ». Difficile de parler d’album de l’année avec Verone, difficile aussi de les classer dans les groupes à enterrer. Il y a le meilleur comme le moins bon sur ce premier album. Alors, bien évidemment on ira les voir en concert et on écoutera ce qu’ils feront plus tard. Parce que les bons titres d ce disque méritent vraiment le détour. Verone s’impose donc comme un groupe français insaisissable, intéressant que l’on se devra de suivre à la trace.

note : 7

par dorian, chronique publiée le 17-01-2005

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Claire : avis du rédacteur

?>