.:.Chronique.:.

Pochette

Tiersen, Yann & Wright, Shannon

Yann Tiersen & Shannon Wright

[Ici d'ailleurs / Vicious circle::2004]

|01 No mercy for she|02 Dragon fly|03 Sound the bells|04 Something to live for|05 Dried sea|06 While you sleep|07 Ode to a friend|08 Ways to make you see|09 Callous sun|10 Pale white|

Depuis qu’il a mis en musique la plus gentille des montmartroises, Yann Tiersen fait partie de ces musiciens dits populaires, avec tous les avantages et les inconvénients qui en découlent. Pourtant, ce buzz n’a rien changé à la musique qu’il compose depuis maintenant près de dix ans, dans ce style qui lui est propre, sans se soucier de ce qu’en pensent les autres. Pour s’accompagner au chant, il s’est toujours entouré de personnes qui lui sont chères ; citons en vrac : Dominique A, Lisa Germano, Natacha Reigner…

Shannon Wright, quant à elle, égraine depuis cinq ans ses chansons pleines de rage intimiste. Ses compagnons de route sont plutôt des gens comme Calexico, Rachel’s, Japancakes… Si ses albums ne sont pas distribués en France depuis bien longtemps, elle a rapidement su conquérir chez nous un public acquis à sa cause, ébahi par tant d’émotions brutes.

C’est au printemps dernier que leurs routes se sont croisées, la rencontre étant rendue difficile par leur timidité et par le fait qu’aucun des deux ne maîtrise la langue de l’autre. Il a alors suffit que Fabrice Laureau (ingénieur du son sur l’Absente) s’en mêle pour que toutes les barrières tombent, pour que la magie créatrice opère et pour que l’alchimie se réalise. A peine dix jours plus tard, c’est sur scène qu’ils dévoileront le fruit de leur rencontre, lors du festival Ici d’Ailleurs à Paris. Et il est alors évident que ce concert n’est pas la fin de leur histoire. C’est donc très logiquement au cours de l’été 2004 qu’ils se retrouvent à huis clos, pour mettre en commun leurs sensibilités, pour mettre leurs qualités respectives au service de l’autre, et pour enregistrer ces dix magnifique chansons.

Ce n’est pas un album de Yann Tiersen pour lequel Shannon Wright prêterait sa voix ; ce n’est pas non plus un album de Shannon Wright pour lequel elle aurait demandé à Yann Tiersen de faire des arrangements symphoniques. Non, la fusion s’est bel et bien produite, façonnant ces perles musicales tantôt d’une douceur à donner des frissons (“No mercy for she”), tantôt d’une émotion contenue à grand peine (“Calous sun”), tantôt d’une énergie éclatante (“While you sleep”, aux surprenants accents PJ-Harveysques). Bien sûr, l’accordéon et le violon de Yann Tiersen sont reconnaissables entre tous (il n’y a aucun doute sur l’identité du compositeur de la musique de “Dragon fly”) ; bien sûr, la voix de Shannon Wright est reconnaissable, malgré toutes ses sensibilités différentes (ou peut-être bien à cause d’elles). Mais cet album est en quelque sorte un parfait modèle de la loi 1+1=1.

Ecouter cet album est fortement recommandable, ne nuit nullement à votre entourage, ni aux femmes enceintes. Il est à mettre entre toutes les mains. De toute urgence.

note : 9

par Claire, chronique publiée le 06-01-2005

A voir également :

http://www.yanntiersen-shannonwright.com/

http://www.viciouscircle.fr

?>