.:.Chronique.:.

Pochette

Man Man

Man Man

[Ace Fu::2004]

|01 Against the Peruvian Monster|02 10lb Moustache|03 Zebra|04 Sarsparillsa|05 White Rice, Brown Heart|06 Gold Teeth|07 Magic Blood|08 The Fog or China|09 I, Manface|10 Man Who Make You Sick|11 Werewolf (on the hood of yer heartbreak)|

Man Man est un groupe bizarre et a fortiori non comestible. La pochette est totalement psyché avec ce graphisme incontrôlé. Des loups, des membres, des dessins au fusain, des montagnes en papier mâché, des couleurs délavées. Et ces Américains à la moustache. Ils sont trois, sont multi instrumentistes et complètement disjonctés. Ce premier opus éponyme est dissonant, un vrai bordel sonore. Les instruments pleuvent comme dans une symphonie alcoolique. Ce que Man Man a de particulier est d’être un groupe, mais pas vraiment de rock. On trouvera bien des affiliations avec Captain Beefheart, même Tom Waits, pourtant ce n’éclaire pas vraiment cette musique. Ici, il n’y a pas beaucoup de ce triptyque rock, un peu de guitare ou de bass au détour d’un couplet, mais ce sont tous ces instruments divers et variés qui mettent en bouteille cet album. Le piano piqué aux temps anciens, le violon tantôt sonnant tantôt pizzicato, le xylophone en fond rythmique, la trompette qu’on dirait sorti des caves des music halls des années 50…Le son des trois est un concentré impénitent et impérieux.

La certitude de l’étrangeté ne fait qu’accroître la curiosité que révèle cet album. Qu’on les dise d’une autre époque serait une tautologie, tant Man Man est atypique. Cette voix est une cigarette fumée jusqu’aux doigts, abîmée et d’un lyrisme jamais entendu. En plus de quoi, ils font appel à une chorale de jeunes enfants qui ne ressemblent qu’à des voix de chiots bêlants. Les morceaux sont incompréhensibles, comme si Man Man était adepte d’une secte et chef d’orchestration de rites mystiques. Les morceaux sont désarticulés, inattendus, ils entament le cerveau à force de perversions soniques. C’est le genre de musique qui attire, parce qu’on ne l’appréhende pas en l’écoutant à la va-vite. Non, bien au contraire, ce long effort mérite une finesse d’esprit pour espérer pouvoir jongler entre tous ces morceaux tous aussi fantasques les uns que les autres.

note : 6.5

par Vivien, chronique publiée le 03-01-2005

A voir également :

http://www.wearemanman.com

http://www.acefu.com

?>