.:.Chronique.:.

Pochette

Hecq

Scatterheart

[Hymen Records::2004]

Le deuxième album de Benny Boysen aka Hecq se veut comme celui de l’ouverture par rapport au très hermétique « A Dried Youth ». Plus accessible, donc, que son prédécesseur « Scatterheart » en a t’il plus de force ? Rien n’est moins sur. A la limite pour être totalement objectif il faudrait tout de suite arrêter de le comparer à « A Dried Youth ». Assurément pris comme un nouveau départ, il n’en demeure pas moins qu’il reste chez Hecq quelques scories de ses expériences passées. Peu importe. Cela ne l’a pas empêché d’évoluer dans le sens qu’il désirait en produisant un album solide et homogène malgré la multiplicité des morceaux. Cependant on ne pourra s’empêcher de mettre un petit bémol. Même si « Scatterheart » est un disque dont les qualités sont indéniables et qu’il est très largement au-dessus du panier, il ne se démarque pas par son originalité. Hecq s’est quasiment borné à faire de l’électronica d’un classicisme qui serait presque banal si le sieur Boysen n’était qu’un second couteau au sens créatif laborieux. Fort heureusement ses compositions, dans leurs sens mélodique, n’ont rien d’approximatifs et le plaisir que l’on prend à leur écoute n’est certainement pas feint. Pour autant il reste ce petit goût amer qui nous fait penser que malgré tout Hecq ne fait en rien avancer la schmilblick.

« Scatterheart » restera donc un bon album, aux formes mouvantes, aux ambiances aériennes et s’accommodant d’une certaine forme de modernisme et d’imagerie urbaine qui font la spécificité du travail de Hecq. Alors évidemment c’est beau. Tout fan d’électronica y trouvera son compte mais il est clair qu’on attends aussi un peu autre chose. Faute d’avoir devant nous le nouveau messie de l’électronique on saura très aisément se contenter de ce « Scatterheart » qui tient fort bien la route. Hecq sort certes un disque classique mais qui n’est pas déméritant et vaut bien le détour. Il serait tout de même malheureux de passer à côté d’un tel disque pour la seule raison qu’il n’est pas forcément innovant. A ce moment là on n’écouterait pas grand chose. Ne faisons pas trop les difficiles.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 31-12-2004

A voir également :

http://www.hecq.de

http://www.klangstabil.com/hymen

?>