.:.Chronique.:.

Pochette

Mylo

Destroy rock & roll

[V2::2004]

Mylo est l’artiste dont tout le monde parle : soit disant le nouveau Daftpunk, le nouveau génie de la musique électronique. C’est ce qui se dit dans la presse apparemment. « Destroy rock & roll », le premier album de l’écossais est en effet très réussi, mais peut on m’expliquer pourquoi on parle de nouveau daftpunk ? Ou est le rapport finalement ? Quels sont les points communs entre les français et cet album de house pop adolescente ? Il y en a aucun. Mylo joue une pop électronique house très facile à écouter. Ses compositions ne sont pas les plus rebelles ni les plus ingénieuses que l’on a entendu, mais il faut bien avouer que c’est facile de se laisser porter par ces mélodies souples. Facile : c’est le terme le plus adéquat pour exposer le monde de Mylo. Facile a repérer dans les fnacs, facile à écouter, et facile à aimer donc. Car on ne peut pas trop détester « destroy rock & roll », que l’on soit fan de house ou de pop, on a du mal à cracher sur ce disque bien arrangé et très bien produit. C’est facile mais c’est bon. Royksopp par ci, riffs tech par là, le tout avec un son qui reste de qualité et qui ne tombe pas dans la house grotesque que l’on entend parfois inopportunément à des fêtes. Mylo frappe un grand coup avec un premier disque qui mêle parfaitement tout ce que l’électronique n’avait plus : des tubes faciles à écouter, pas trop chiants ni trop commerçants…

note : 7

par dorian, chronique publiée le 18-12-2004

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur

?>