.:.Chronique.:.

Pochette

Kaada & Patton

Romances

[Ipecac::2004]

|01 Invocation|02 Pitié Pour Mes Larmes|03 Aubade|04 L'absent|05 Crépuscule|06 Viens, Les Gazons Sont Verts|07 Seule|08 Pensée Des Morts|09 Nuit Silencieuse|

Merde, un album de Mike Patton à chroniquer ! C’est toujours le parcours du combattant avec ce type, jamais il ne reste à sa place, toujours il expérimente et mélange les éléments les plus inattendus de divers styles musicaux pour accoucher d’un disque étrange, la plupart du temps à thème. Il pourrait s’enregistrer dans ses toilettes et retoucher ses bruits naturels à l’aide de ses talents de multi-instrumentaliste, le résultat ne pourrait être que génial.

Bon, ici il ne s’agit pas de musique inspirée par les pets et les rots, mais plutôt par le lyrisme et le romantisme de notre beau pays ; « une certaine idée de la France », comme dirait l’autre. Et qui de mieux pour aider notre Miky à franciser son inspiration qu’un mec venu tout droit de Norvège ? John Kaada est en effet Scandinave et sa passion c’est de jouer de la pop avec ses machines tout en laissant libre cours à son imagination, et surtout à ses influences rock psyché ; il a d’ailleurs sorti un album l’année dernière sur Ipecac Recordings, le label de monsieur Patton, pas étonnant que deux dingues de l’expérimentation s’entendent si bien.

Mais revenons en à Romances, et à son lyrisme si particulier. Imaginez que vous grimpiez dans un train fantôme de fête forraine douteuse, et que vous atterrissiez au beau milieu de la salle de réception du château de Versailles, c’est presque ça. Les neuf titres alternent entre ambiances lugubres et cinématographiques, très imprégnées par le dernier album de Fantômas, Delìrium Cordìa, et ambiances plus grand-guignolesques, toujours très cinématographiques et abstraites, mais plus mélodiques et explosives. Les chœurs chuchottés, les onomatopées étranges apportent cette dimension quasi mysanthropique qui rompt complètement avec les quelques dérives pop d’un titre comme Seule ou les passages dignes d’un Polyphonic Spree du titre Pitié Pour Mes Larmes, bluffant ! Et plus que jamais sur cet album, Mike Patton affirme son identité de gentil paranoïaque bien qu’on retrouve quelques éléments propres à Fantômas comme les chœurs fantômatiques, l’utilisation surprenante d’un piano, ou encore une production très chaude et fluide, presque ambient. John Kaada se charge quant à lui d’apporter de la texture à cette empreinte, d’arranger l’instrumentalisation en fonction des désirs de ce cinglé de Patton, d’arrondir les angles. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’entente entre les deux hommes a été harmonieuse car pas une minute de Romances ne ressemble à une autre, on regrettera seulement que quelques titres soient trop courts et se concluent de façon un peu facile, et puis surtout ça reste un cran en dessous des autres travaux de Patton (Mr Bungle, Fantômas, etc).

note : 7.5

par johan, chronique publiée le 15-12-2004

A voir également :

http://www.ipecac.com/

http://www.kaada.no/romances/

?>