.:.Chronique.:.

Pochette

Betsch, Bertrand

Pas De Bras, Pas De Chocolat

[Labels/EMI::2004]

|01 Des Gens Attendent|02 Pas De Bras, Pas De Chocolat|03 Temps Beau|04 Le Lundi, C'est Maladie|05 L'Ancienne Peau|06 Les Passe-Temps|07 Les Mots Ont Leurs Importance|08 Les Petits Mammifères|09 Tournicotons|10 L'Important, C'est De Participer|11 Tout Vu|12 Pas De Bras, Pas De Chocolat (version disco)|

Vous la connaissez cette blague ? Vous la connaissez sûrement. Celle de ce petit garçon sans bras qui réclame à sa mère du chocolat mis en évidence sur une étagère trop haute. Cette même mère qui lui rétorque « ah ben mon garçon… pas de bras, pas de chocolat ! ». Bertrand Betsch, lui, la connaît à coup sur. L’homme qui avoue volontiers être influencé par l’œuvre de Gérard Manset trouve également chez des types comme Dominique A une inspiration plus que salutaire. Le succès de ce dernier fut d’ailleurs l’occasion de découvrir des artistes comme Bertrand Betsch. Les deux hommes se sont d’ailleurs côtoyés au sein du label Lithium. Même si aujourd’hui, et sans doute plus que jamais, B.Betsch reste dans la même lignée mélodique et textuelle, « Pas De Bras, Pas De Chocolat » est son meilleur album. B.Betsch a cette capacité de mêler une douce cruauté, les petites misères de la vie quotidienne avec une musique à l’optimisme rayonnant. Si on fait abstraction du tristounet mais très beau « Tout Vu » tous les morceaux de l’album passent comme une lettre à la poste dans une ambiance pop à la française. Les textes remettent les choses un peu à plat, donnant un juste milieu et une ambivalence entre cette gaieté mélodique et cette vision vitriolée de l’existence.

Finalement le titre de l’album résume assez bien l’ambiance qu’a essayé d’insuffler Bertrand Betsch. Par moment il ne serait pas si éloigné d’un Erik Arnaud, mais un Erik Arnaud qui serait bien moins sombre, bien moins dépressif. Betsch laisse au moins une porte entre-ouverte histoire de dire que tout est encore possible. C’est peut-là un signe de maturité. Betsch avance tout doucement dans l’âge adulte avec ce regard presque désabusé de ceux qui ne se bercent plus de folles illusions. Quoiqu’il en soit « Pas De Bras, Pas De Chocolat » reste l’un des meilleurs albums de pop-songs à la française. Preuve supplémentaire qu’on a en France des auteurs - compositeurs – interprètes d’un bon calibre et qu’il est bien inutile de se réfugier dans une nostalgie pleurnicharde et de mauvaise foi. Les artistes sont là et ce ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Même si B.Betsch est un peu en retrait par rapport à d’autres, un peu comme Erik Arnaud d’ailleurs, il fait parti de ceux avec qui il faudra compter.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 14-12-2004

A voir également :

http://www.bertrandbetsch.com

http://www.labels.tm.fr

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Claire : avis du rédacteur

?>