.:.Chronique.:.

Pochette

Rishaug, Alexander

Possible Landscape

[Asphodel/VenusWorks::2004]

|01 The Mountain Song|02 Or L!|03 Cross Platform|04 Dual Appearance|05 Tatlic|06 Room Tone|07 My Favourite Place|

Issu d’une scène norvégienne qui n’en finit plus de surprendre Alexander Rishaug jouit déjà d’une belle petite notoriété. S’étant déjà illustré sur des compilations pour des labels comme Rune Grammofon, Jester ou Smalltown Supersound, A.Rishaug nous avait gratifié il y a deux ans d’un premier album, « Panorama » (Smalltown Supersound), dont l’accueil a été des plus chaleureux. A vrai dire il y avait de quoi. Ce nouvel opus ne fait que confirmer tout le bien que l’on pensait de lui. L’électro-ambiant qui est distillé ici est envahissante à tous points de vues. Chaque morceau possède une forme de limpidité, de clarté naturelle qui, malgré l’utilisation abusive de boucles, comme sur « The Mountain Song », forment une symbiose presque parfaite. On imagine par contre très bien dans quel vivier A.Rishaug a pu puiser son inspiration. On pense assez rapidement à Brian Eno, sans doute l’un des maîtres à penser des musiques ambiants et discrètes.

Ce dernier mot semble assez correspondre à l’idée que l’on peut se faire de la musique d’Alexander Rishaug. Vous n’entendrez jamais une note plus haute que l’autre même s’il existe de nombreuses modulations. Bien plus qu’une musique intimiste « Possible Landscape » est une sorte de voyage vers des horizons inconnus dont on se sent irrésistiblement attirés. Cet album est donc une porte ouverte à notre imagination. Le titre du disque est en ce sens suffisamment évocateur. On rentre dans le monde des possibles. Ce qui n’est déjà plus une possibilité mais une certitude c’est que l’on ressort de l’écoute de ce disque comme régénéré. Ce disque ne vous rendra pas plus optimiste qu’à l’accoutumé mais il aura au moins ce mérite de ne jamais décevoir. « Possible Landscape » est donc un album solide qui ne semble connaître aucune faille et qui emmène le plus loin qu’il peut d’un pas assuré. Il n’y aura donc rien à regretter mais tout à espérer.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 11-12-2004

A voir également :

http://www.asphodel.com

?>