.:.Chronique.:.

Pochette

Dutronc, Jacques

Madame l'existence

[Columbia::2003]

Attendu comme l'un des évènements phares de ce printemps - en variété française- , et malgré quelques sévères critiques, Madame l'Existence se révèle être une bonne surprise, pour moi qui ne suis pas particulièrement fan de Jacques Dutronc. D'ailleurs, cet album mérite sans doute davantage que d'être réduit à cette petite case qu'est celle de la variété française. Il transcende les genres pour un résultat plus qu'enthousiasmant.

Le titre est ambitieux, l'album à la hauteur. Tant au niveau des paroles que de la musique, Madame l'Existence est magnifiquement réussi et abouti. Et Dutronc toujours inspiré, quoiqu'on en dise.

A l'exception de l'Homme et l'Enfant (que je ne peux pas suppporter), tous les morceaux de cet album sont attachants, et les mélodies tour à tour accrocheuses et modernes (La vie en live), charmantes et charmeuses (Un jour tu verras, Dou Douce).

Ce disque fortement teinté de rock, flirte aussi avec l'électro -bien que très très légèrement. Il y existe cet équilibre entre le chant, le texte, et la partie instrumentale. Sans que l'une de ces trois composantes prenne trop le dessus. Ce sont en fait les guitares d'Alain Lubrano, la basse de Bernard Viguié, et le rythme à la fois posé et et bien marqué de la batterie de Laurent Robin, qui confèrent à certains morceaux comme Face à la merde, L'Ere de rien, ou Madame l'Existence, un vrai côté rock.

Participent aussi à ce disque Jacques Lanzmann qui en signe les textes, avec cette verve toujours aussi fine et débordante; et Thomas Dutronc accompagné de sa guitare acoustique.

Enfin, Dutronc a cette façon unique et bien connue de chanter, d'un air à la fois détaché, posé et engagé. No comment.

note : 8

par Noémie, chronique publiée le 25-09-2003

?>