.:.Chronique.:.

Pochette

Jours

s/t

[autoprod::2004]

|01 vampire|02 surdose seas|03 i swear|04 life|05 out of reach|06 excuse me|

Simplicité. Amour. Questionnement. C’est déjà un début pour qualifier cette première démo de Jours. Démo qui mériterait de s’appeler EP par sa qualité, voire même mini-album. Jours est un side-project, comme on dit, de Frédéric Nevchehirlian de Vibrion et de Clara Le Picard. Le résultat est très différent du slam de Vibrion musicalement et dans les textes (en anglais). Ca oscille plutôt entre chanson (‘Life’), morceaux plus blues-rock (‘Vampire’, ‘Surdose seas’, ‘Out of reach’), pop (‘I swear’) et l’alien qui clôture le disque : ‘Excuse me’, au départ tribale toute en boucles et répétitions qui instaure une transe sensuelle imparable à grands renforts de percussions et de basses bien profondes. Morceau construit comme un track électronique qu’il serait d’ailleurs intéressant de voir remixée…

Les bases musicales de Vibrion ne sont pas loin (guitare, basse, batterie) avec des ajouts de cordes et autres percussions par moments. La voix imparfaite à la Kerenn Ann de Clara Le Picard ajoute aux montées instrumentales une réelle fragilité. Une histoire d’amour sur le fil, à la fois passionnée et en retenue. ‘‘Jours’’ met fin à (ou annonce) la nuit par un ‘vampire’ errant fascinée et effrayée par les vampires qui l'entourent, ne sachant pas s'il faut les combattre ou s'y laisser prendre. Seule et différente des autres vampires, à l’écart du monde. ‘Surdose seas’ fait immédiatement penser à un des plus beaux duos de tous les temps, ‘This mess we’re in’ par Polly Jean Harvey et Thom Yorke. Où Clara répète en canon les mots chantés de Frédéric, qui ressemblent même à ceux de PJ mais où les buildings se seraient transformés en mer. Car ce disque est construit comme une histoire d’amour mais à l’envers. ‘Excuse me’ pourrait en être la déclaration, maladroite et touchante. ‘Out of reach’ la découverte, pas toujours facile de l’autre. ‘Life’ parlerait des difficultés à combiner, découverte de la vie et de l’amour (on sort les violons). ‘I swear’ jure que tout fut sincère et vrai. ‘Surdose seas’ se demande où tout cela mène ? Et finalement ‘vampire’ laisse place à la solitude nocturne hésitant à se donner aux vampires, ou à s'en éloigner à jamais. Magnifique.

note : 9

par jean marc, chronique publiée le 03-12-2004

p.s. : contact, lesjours@caramail.com ... album ‘‘Les Boucles sauvages’’ en préparation.

?>