.:.Chronique.:.

Pochette

Faultline

Your Love Means Everything

[EMI::2004]

|01 Your Love Means Everything|02 Where Is My Boy ? (vocals by Chris Martin)|03 We Came From Lego Blocks (vocals by Vordul Megilah)|04 Theme For Half Speed|05 Wild Horses (vocals by Joseph Arthur)|06 Sweet Iris|07 Biting Tongues (vocals by Ras B)|08 Clocks|09 The Colossal Gray Sunshine (vocals by The Flaming Lips)|10 I Only Know Myself|11 Greenfields (vocals by Michael Stipe)|12 Lost Broadcast|13 Your Love Means Everything Part 2 (vocals by Chris Martin)|

Ne vous fiez surtout pas à la pochette pour vous faire une idée de ce qu’il y a sur ce nouvel album de David Kosten aka Faultline. Le caractère désordonné et un peu sale de celle-ci n’a pas grand chose à voir avec le contenu du disque. Bien au contraire, la musique de Faultline n’a jamais été aussi propre et bien ordonnée que sur cet opus. Il n’y a qu’à voir les différents intervenants pour comprendre que l’on ne s’aventurera pas dans des triturations électroniques complexes ou brouillonnes. Les Wayne Coyne, Michael Stipe, Chris Martin ou Joseph Arthur n’ont en effet pas l’habitude de rendre des copies males léchées.

Je parle de nouvel album mais ce « Your Love Means Everything » ne sera jamais rien de moins que la réédition du disque du même nom parut il y a de ça deux ans. Cependant cette présente mouture a été retravaillée, remodelée au point de devoir ajouter une version de « Wild Horses » des Stones chantée par Joseph Arthur (ce qui, soit dit en passant, on s’en serait bien passé). Par contre exit les morceaux « Bitter Kiss » et « Missing » remplacés respectivement par « We Came From Lego Blocks » interprété par Vordul Megilah de Cannibal Ox et par « Biting Tongues » chanté par Ras B. La présente édition a t-elle un quelconque intérêt par rapport à l’original ? Sans doute D.Kosten estimait-il que la première version n’était pas suffisamment aboutie. Par contre côté public il y aura certainement ceux qui préfèreront la version de 2002 et, pour sans doute beaucoup d’autres, il y aura ceux qui découvriront Faultline par le biais de ce disque.

Pour ce qui est du disque on sera sans doute plus partagé. Le côté aventureux que l’on avait connu sur « Closer Colder » semble un peu s’estomper même si D.Kosten explore encore quelques pistes intéressantes. On rentre dans quelque chose de plus conventionnel mais dont les qualités intrinsèques sont parfaitement présentes. Cependant il demeure qu’il y a encore quelques petites maladresses. Les reprises de « Wild Horses » et de « Greenfields » sont pour le moins anecdotiques quand elles ne se révèlent pas irritantes et la voix de Chris Martin de Coldplay est toujours aussi énervante. Si on arrive à faire abstraction de cela on arrive à reconnaître chez D.Kosten un réel talent d’écriture qui, on le sent, n’est pas encore arrivé à maturité et n’a pas atteint toutes ses possibilités. Le meilleur est sans doute à venir.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 30-11-2004

A voir également :

http://www.faultline.co.uk

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

popop : avis du rédacteur

?>