.:.Chronique.:.

Pochette

Tino

Stalone

[autoproduction::2003]

Que manque-t-il à ce disque ?

A priori pas grand chose.

- L'ambition est ici celle de faire un bon disque. De pop. Assez lente, classe, plutôt de bon goût. Pas démesurée donc. - Les moyens mis en œuvre, eux non plus, ne sont pas démesurés. Même largement suffisants. Les orchestrations sont plutôt bien choisies, et la production discrète.

Pourtant il manque quelque chose à ce disque. Sûrement de la folie, ou du talent. Enfin quelque chose qui vous réveille les sens, qui vous émerveille. Qui vous reste en tête. Et puis il y a la voix. Singulière certes, elle trouvera ces amateurs. Mais aussi ces détracteurs. Grave, elle entrave un peu les mélodies. Et si l'on peut y sentir toute la sincérité de l'auteur / chanteur cela s'avère insuffisant pour libérer les morceaux de son joug.

On sent chez Vincent Seguret et ses complices un véritable travail d'artisan. Au sens noble du terme. Mais pas vraiment celui d'artiste.

note : 6

par Spada, chronique publiée le 25-09-2003

?>