.:.Chronique.:.

Pochette

Tricky

Vulnerable

[Anti::2003]

Revoilà l’enfant terrible de Bristol. On ne présente plus le personnage sinon qu’il nous revient en plutôt bonne forme. Passé la déception de « Blowback », Tricky nous sert un album des plus accessible, sinon le plus accessible qu’il ait eut à produire à ce jour. Une nouvelle voix, celle de Constanza Francavilla, vient accompagner, avec bonheur, celle, toujours éraillée, de Tricky. L’alchimie entre les deux fonctionne plutôt bien et met en valeur des compositions assez alléchantes. Tricky se paye même le luxe de faire deux reprises. L’une de « The Love Cats » de Cure et l’autre de « Dear God » morceau écrit par Andy Partridge d’XTC.

Bref, même si ce « Vulnerable » apparaît comme l’un des albums le plus facile d’accès de Tricky, celui-ci n’en est tout de même pas dénué d’intérêt. On s’en imprègne finalement assez vite et sans de réel déplaisir. Ce disque ne marquera sans doute pas les annales mais on sent tout de même que Tricky se fait plaisir. Mais la véritable surprise est quand même cette Constanza Francavilla qui impose sa voix douce-amère et qui donne au disque ce sentiment de lascivité (« Dear God », « Hollow ») qui contraste avec des instants plus rentre dedans mais pas moins sensuels (« Moody », « Where I’m From »). Bon cru.

Pour les fans de Tricky, il existe une version de cet album agrémenté d’un DVD de 25 minutes comprenant un documentaire (sous-titrés !), des performances, des vidéos, des photos et des bonus tracks. Intéressant.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 25-09-2003

A voir également :

http://www.trickyonline.com

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

Thomas F. : avis du rédacteur
Zulyen : avis du rédacteur
jean marc : avis du rédacteur

?>