.:.Chronique.:.

Pochette

Panda Bear

Young Prayer

[Paw Tracks/Chronowax::2004]

Panda Bear d’Animal Collective est peut-bien, au final, totalement cinglé. Déjà avec Animal Collective il a sorti des disques, dont le dernier en date « Sung Tongs » est d’une grande beauté, qui transpirent une douce folie. Sur ce court album (un peu plus de 28 minutes) Panda Bear nous montre une fois plus qu’il a encore du mal à garder les pieds sur terre. Pour autant ce disque se révèle être des plus intimes, d’autant plus que celui-ci fut un peu enregistré en réaction du décès du père de Panda Bear. En soit cela reste un acte assez difficile à réaliser et ce qui aurait pu devenir quelque chose de très touchant se révèle assez inégal. Ne nous y trompons pas « Young Prayer » est un disque ultra personnel qui à défaut d’y être réceptif a sûrement été salutaire pour Panda Bear.

« Young Bear » est un disque complètement épuré et qui commence malheureusement bien mal. Un premier morceau un peu indigeste auquel succède un autre qui l’est tout autant. Il faut attendre le cinquième morceau pour retrouver ce qui fait la spécificité d’Animal Collective. Ce petit grain de folie qui relève quelque peu ce disque qui s’embarquait dans des directions où l’ennui est roi. « Young Bear » est donc inégal dans ses choix, dans son approche, dans sa qualité. Même si le disque se veut introspectif on a du mal a y trouver notre compte. C’est d’ailleurs un peu surprenant d’ailleurs puisque Panda Bear qu’il soit seul ou au sein d’Animal Collective ne nous avait guère habitué à une telle contre-performance. On espère simplement que ce soit qu’un accident de parcours.

note : 5

par Fabien, chronique publiée le 27-09-2004

A voir également :

http://www.paw-tracks.com

.:.Un autre regard.:.

En 2004, on a presque honte de ne pas être fan de Animal Collective, le groupe (Fat Cat) encensé par la presse indépendante et les webzines de tous les continents. Panda Bear est le projet de l’un des deux membres d’Animal Collective : Noah Lennox. Le New Yorkais est sans doute le plus mélodique des 2. C’est du moins ce que l’on peut lire un peu partout à propos de ce disque de Panda Bear. Pour un premier album (sur Paw Tracks), Panda Bear ne s’est pas vraiment embarrassé de production. Tout cela sonne le homemade, et ce n’est pas plus mal. Mais faut il être complètement défoncé pour écouter ce disque ? C’est la question. Car les mélodies ne sont pas ce que l’on peut appeler « accrocheuses », le chant est très particulier, et on a souvent l’impression d’être dans une petite chambre devant un mec qui joue pour lui des chansons complètement tordues. Les influences fusent, et viennent de partout, aussi bien de l’électronique que de certaines formes de musiques traditionnelles. Il n’est pas facile d’entrer dans cet album complètement déjanté, qui fait parfois hérisser les poils des oreilles. Alors si certaines séquences sont assez magnifiques, elles sont difficiles à suivre tant d’autres sont insupportables. Un disque très difficile à cerner qui mérite tout de même un détour.

note : 5.5

par Dorian, chronique publiée le 27-09-2004

?>