.:.Chronique.:.

Pochette

Engine Down

s/t

[Lookout Records::2004]

|01 Rogue|02 And Done|03 Control Group|04 Cover|05 In Turn|06 Long Time Waiting|07 Too Much of a Good Thing|08 101|09 The Walk In|10 Standby|11 Well Read|12 Etcetera|

Comment ? Pourquoi ? Le nouvel album d’Engine Down risque bien de susciter des dizaines d’interrogations chez tous les kids qui voyaient en ce groupe le meilleur du rock mélodique new yorkais. Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Quand les petits gars d’Engine Down ont annoncé qu’ils quittaient Lovitt pour Lookout, certains craignaient déjà un virage musical à 180°, heureusement les quelques mp3s mis en ligne sur le site officiel du groupe en ont rassuré quelques uns, mais à l’écoute de ce nouvel album, on ne peut que pleurer la mort prématurée d’un groupe qui jusqu’à présent avait fait un parcour sans faute. Mort prématurée ? Evidemment c’est exagéré, surtout qu’avec cet éponyme nos quatre New Yorkais risquent fort de sortir la tête de leur scène indé dans laquelle ils sévissaient brillament jusqu’alors. Car Engine Down a tout du disque pour minette partie à la recherche de ses nouvelles idoles : des beaux mecs armés de guitares et de textes neuneuds, pleurants leur désespoir simulé devant un parterre de près-adolescentes trempées. Et si les gars d’Engine Down ont toujours joué une musique émotionnelle, ils avaient pourtant su éviter avec succés le piège de la niaiserie et de la mélodie facile, un talent qu’on ne retrouvera malheureusement pas une seule seconde sur les douze titres de cet éponyme. Il y a bien le tube, Cover, de loin les trois minutes les plus convaincantes de l’album, mais tout le reste n’est que refrains mélancoliques à deux balles et envolées lyriques poussives qui arrivent à nous faire detester la voix de Keeley Davis. Tous les titres se ressemblent et aucun ne parvient à captiver l’auditeur, on a même droit à la ballade tristounnette pour conclure cet horrible disque. Tout ce qui ressort de ces douze titres c’est la facilité et le manque d’inspiration, à tel point qu’on a l’impression qu’Engine Down s’est auto parodié en studio. Dire qu’ils ont mis trois ans pour nous sortir ça… Une grande déception, très grande.

note : 2

par johan, chronique publiée le 04-09-2004

A voir également :

http://www.enginedown.com/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

michael : avis du rédacteur

?>