.:.Chronique.:.

Pochette

Kirk, Richard H.

Ealier/Later

[The Grey Area/Mute::2004]

On peut bien le dire aujourd’hui : Richard H.Kirk est l’un des grands pionniers de la musique électronique. Que ce soit au sein de Cabaret Voltaire, sous le pseudo Sandoz ou sous son propre nom, Richard H.Kirk aura durablement marqué les musiques électro des années 80 et 90. Et encore en ce début de siècle on peut toujours sentir l’influence du britannique chez les nouvelles générations d’artistes. On ne saurait oublier ce qu’on lui doit. La double compilation qui est sorti il y a peu est un petit résumé de ce que l’homme fut capable de faire de 1974 à 1989, période pendant laquelle Kirk avait une activité assez débordante. Cette compilation n’est pas un vulgaire best-of qui aurait été d’un intérêt des plus secondaire. Non ce double album est composé de morceaux inédits qui pour certain n’ont été joué qu’en public et qui sont issus de cassettes qui n’avaient jamais été employé jusqu’ici. De quoi éveiller la curiosité.

Le premier cd, « Later », regroupe la période plutôt clubbing (82-89) de Richard H.Kirk, c’est à dire des morceaux pour la plupart dansants, robotiques comme « Never Lose Your Shadow (12’’ Mix) » et à la production parfois datée qui ferait presque penser à de l’amateurisme. Ce qui les sauve c’est une mise en forme assez inventive et qui pose certaine bases de ce qu’on allait trouver dans des labels comme Warp ou Ninja Tune. Aujourd’hui entendre de pareils titres ce serait comme d’entendre de l’electro old school et qui aurait bien du mal a passer chez un large public. Seuls ceux qui ont un amour immodéré pour les musiques électroniques et les nostalgiques des 80’s sauront trouver un intérêt à « Later ». Le cd commence par un morceau (« Never Lose Your Shadow (12’’Mix) ») qui pourrait faire figure de lien entre cette période club et une autre, antérieure, plus expérimentale, plus glauque et froide, proche du Cabaret Voltaire de « Red Mecca » et de « Voice Of America » et finit par un titre du même acabit, « Electron 78 », datant de 1978, qui fait le lien avec le second cd, « Earlier ».

« Earlier », donc, période 74-81 avec des incursions en 1985 (« International Smashface Detective Theme » et « All Nationalities »). 20 morceaux qui montrent le côté sombre de R.H.Kirk mais est aussi le reflet de l’émergence de la musique industrielle initié à la base par Throbbing Gristle mais dont Cabaret Voltaire fut l’un de ses plus beaux représentants avec Chrome ou White House. Une musique hypnotique et répétitive qui laisse deviner des plaines désolées et balayées par des bourrasques de vent polaires. De son propre aveu R.H.Kirk se sent aujourd’hui nettement plus proche de cette période musicalement parlant. Les morceaux même si on sent qu’ils ont été réalisé avec un matériel assez cheap gardent toute leur force et ne semblent pas avoir vieillis. C’est peut-être parce que dans le genre on a jamais pu faire bien mieux. L’intensité malsaine qui se dégage de ce disque contraste avec le côté plus affable de « Later ». Quoiqu’il en soit ce disque ne décevra pas ceux qui sont déjà habitué à l’univers de Richard H.Kirk, pour les autres l’accroche sera nettement plus incertaine.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 30-08-2004

A voir également :

http://www.mute.com

?>