.:.Chronique.:.

Pochette

Standstill

s/t

[Bcore Disc::2004]

|01 Feliz en tu día|02 La vieja Gibellina|03 G. M.|04 Por todas las cosas|05 Si me levanto|06 Poema n† 3|07 Cuando |08 Gafas de buzo|09 Un gran final|10 88:88 |

Quand un groupe sort un disque éponyme après plusieurs années d’existence, on peut-être certain que le mot « maturité » sera laché par le label dans le dossier de presse. Et Bcore Disc n’y va pas avec le dos de la cuillère pour élever Standstill au rang de formation incontournable de la scène indé espagnole ; on peut les comprendre après tout, surtout que ces cinq jeunes gens cartonnent (toutes proportions gardées) de l’autre côté de l’Atlantique, et cela depuis The Ionic Spell qu’on taxera facilement d’album consécration. Mais tout de même, faire d’eux un groupe déjà culte, c’est peut-être un peu trop lourd à supporter pour leurs petites épaules d’emokids hurleurs repentis. Mais voilà, Bcore Disc a toutes les raisons du monde d’être fier de ce groupe, et ce n’est pas après un tout récent EP acoustique franchement indigeste que notre appétit pour ces cinq jeunes gens va s’effondrer en miettes.

Oui le dernier enregistrement des Espagnols n’était pas convaincant, mais au moins il a cloué le bec à bon nombre de grandes gueules qui prétendaient que Standstill n’était qu’un groupe d’emo agité parmis tant d’autres. Et si le côté emotionnel n’est pas prêt de s’effacer, on ne peut que saluer cette volonté d’élargir ses horizons, de partir à la recherche de cette fichue maturité.

Standstill s’est donc fixé un objectif : se trouver. Et tous les éléments sont réunis pour nous le faire comprendre, il y a bien évidemment ce titre éponyme, histoire de nous dire que ces dix titres sont le vrai visage du groupe tel qu’on doit l’accepter ; mais il y a également et surtout cette véritable nouveauté : le chant en espagnol. Et ceci est certainement beaucoup plus important que l’orientation pop rock du groupe, car chanter dans sa langue maternelle sur un troisième album c’est une manière non dissimulée d’affirmer son identité collective. C’est donc sans grande surprise qu’on découvre un Standstill plus assagi que jamais, une belle et simple façon de marquer une carrière modestement remplie. Et même si leur pop rock hypnotisante peut fatiguer par instants, notamment à cause de ce chant lyrique ainsi que quelques mélodies pas vraiment évidentes, il est assez aisé de se laisser emporter par les notes amères de Standstill. Au final on imagine rien d’autre que cinq types ayant certainement beaucoup écouté Logh ces derniers temps et qui jouent leur musique de manière on ne peut plus sincère. Peut-être davantage un disque transitoire que l’œuvre d’une maturité trouvée trop tôt. Encore un peu d’efforts !

note : 7

par johan, chronique publiée le 11-08-2004

A voir également :

http://www.bcoredisc.com/

?>