.:.Chronique.:.

Pochette

Duo 505

Late

[Morr Music/La Baleine::2004]

|01 Tsip Tsap|02 Isdj 08|03 Facing It|04 Toru Okada|05 Wenig|06 Nochwas|07 Disko + Bett|

La rencontre entre Bernhard Fleischmann et Herbert Weixelbaum est de celle qui paraissent des plus improbables. D’ailleurs ils n’auraient jamais du se rencontrer ces deux là. H.Weixelbaum est avant tout un guitariste qui aurait pu très largement se contenter d’un répertoire classique, jouant de la musique baroque et de la Renaissance. C’est en se mettant au Groovebox (Roland MC-505) qu’il fut amené à rencontrer B.Fleischmann et à travailler avec lui. Nous n’en aurons pas à nous en plaindre. Ce « Late » dégage, en effet, tout ce qu’on peut espérer d’un disque d’électro-pop. Un peu de naïveté, une beauté simple, des mélodies évidentes et terriblement accrocheuses. Tout y est ou presque. Ce disque est comme une sucrerie qui ne finit jamais de fondre dans votre bouche. Duo 505 touche ainsi juste du bout en bout. Pour un premier coup d’essai Duo 505 réalise quasiment un coup de maître.

On savait la qualité des productions Morr Music qui rendait le label incontournable. Une réputation c’est souvent dur à porter et il faut pouvoir tenir ce degré d’excellence qui fait d’une entité comme Morr Music une structure à part. Pour l’instant on a guère été déçu ou si peu et ce n’est pas avec « Late » qu’on retournera notre veste. Cet album peut largement séduire un public assez large tant les mélodies savent être universelles et des plus abordables. « Late » est un album ouvert et pétri d’émotivité. N’allez pas croire que Duo 505 fait de la musique facile, bouffie par les cliché de l’électro à l’allemande. Même si on sent bien de fortes consonances germaniques dans l’approche musicale, Duo 505 apporte une qualité d’écriture bien au-delà de ce que l’on est en droit d’attendre. Bien que le côté un peu naïf de la chose semble prendre le dessus sur tout le reste on se dit que finalement ce n’est pas plus mal. Les compositions y gagnent en force évocatrices ainsi qu’en fraîcheur.

Un travail d’orfèvre serait-on tenté de dire. En tout cas un des meilleurs disques d’électro-pop de l’année. Là-dessus il serait difficile de se tromper.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 07-08-2004

A voir également :

http://www.bfleischmann.com

http://www.morrmusic.com

?>