.:.Chronique.:.

Pochette

aMute

A Hundred Dry Trees

[Intr_Version/Mochi Mochi::2004]

|01 Trouver Les Mots|02 Landslips|03 A L'Ombre De 12 000 Médias|04 (Lose Nothing But Happiness Cause) From Where I Stand (I Can See They Have Already Won)!|05 Se Laisser Aller En Tournant Or Let It Go Swirling|06 Aux Creux Des Vagues, Mon Visage (Hasn't Stopped To Call For Peace)|07 Weight Of Time, RELIEF|08 Oublier et Doucement...REPARTIR|

La Belgique n’avait pas pour habitude de nous envoyer ce genre de représentant. En matière de musique électronique nous étions plus habituer à du gros son plutôt que cet électronica lunaire. Jérôme Deuson, Bruxellois de son état, après une période pubère où le grunge était assez fun, a fait une découverte musicale qui marquera sans doute à jamais son orientation artistique : Tortoise. Après avoir participer à diverses formations rock et post-rock c’est presque naturellement que J.Deuson initiera le projet aMute en 2002. Alors qu’il accompagnait Mitchell Akiyama lors de sa tournée européenne, il lui présenta la maquette de ce qui allait devenir le présent disque. M.Akyama évidemment charmé s’empressa de l’éditer sur son label Intr_Version. M.Akyama ne s’est pas beaucoup trompé sur le compte du belge.

La musique de J.Deuson est à fleur de peau. A l’inverse de ce que le titre de l’album peut laisser supposer l’univers sonore du belge est loin d’être asséché. L’influence post-rockienne joue ici à plein même si c’est une musique d’obédience électronique. Une musique qui nous est susurrée et qui est à la limite entêtante. « A Hundred Dry Trees » c’est un peu l’hiver en été, une petite vague de fraîcheur en pleine torpeur estivale. Bien sur tout cela est assez contemplatif et porte beaucoup sur le sensible. On peut dire qu’ici le disque remplit bien son rôle. Toujours juste, jamais de fautes de goûts, J.Deuson évite tous les écueils du genre qui aurait fait passer cet album pour un vulgaire re-suçage à la sauce électronique. Finalement c’est avec un plaisir certain qu’on entre dans cette bulle qu’à créé pour nous le bruxellois. L’album laisse un sentiment de légèreté qui vous imprègne intégralement sans autres formes de procès.

Sans être totalement génial, on se laisse convaincre assez facilement puisque la qualité est au rendez-vous. Un album donc solide, plein d’émotivité, qui donne envie que le belge approfondisse la question le plus rapidement possible.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-08-2004

A voir également :

http://www.amute.net

http://www.intr-version.com

?>