.:.Chronique.:.

Pochette

Isis

Oceanic Remixes Vol. 2

[Robotic Empire::2004]

|01 Tim Hecker - Carry|02 Dj Speedranch feat. Guilty Connector - Like I Will Love Her Forever ? (Carry Remix) |03 JK Broadrick - Hym|

Le voilà enfin, le second volume des remixes d’Oceanic, fraîchement sorti seulement quelques semaines après un premier épisode relativement satisfaisant mais pas indispensable. Et c’est bien évidemment toujours au même artwork blanc et gris ultra sobre qu’on a droit – Robotic Empire nous avait prévenu – toujours le même vinyle transparent et aussi toujours les mêmes reproches quant à cet excès de sobriété. Pourtant quand on a les deux objets en sa possession on ressent comme une certaine fierté et on peut même, pourquoi pas, se mettre à aimer la gueule de ces disques. Connerie de fétichisme…

Cette fois ci le casting est moins préstigieux mais tout aussi alléchant. Au programme : Tim Hecker, un compositeur canadien amoureux des musiques traditionnelles, Dj Speedranch, un Londonien complètement barge qui s’est distingué entre autre pour ses travaux bruitistes, et enfin JK Broadrick, membre fondateur de Godflesh et qui s’apprête à sortir son premier EP avec son nouveau groupe, Jesu, qui s’annonce tout aussi industriel et glauque que le reste des travaux du bonhomme. Tout ce joli petit monde va donc s’amuser à étirer, trancher, retourner, mélanger, malaxer et déchiqueter la musique d’Isis et le moins que l’on puisse dire c’est que l’expérimentation est au rendez-vous !

Chaque participant reste plus ou moins fidèle à ses influences. On ne sera donc pas surpris de découvrir que Tim Hecker fait de Carry une expérience dissonante et aerienne en forme d’introduction, que Dj Speedranch joue la carte du massacre de samples (lui aussi s’est attaqué à Carry) et que Broadrick transforme Hym, un titre presque post-rock à l’origine, en brouhaha industriel et intense. Et si le premier volume était largement orienté vers la face la plus calme d’Isis, cette fois ci c’est l’aspect le plus torturé de la bande à Aaron Turner qui est mis en avant. Les grandes montées en puissance d’Oceanic sont utilisées à foison, à l’image de ce passage intense qui arrive juste derrière les samples décousus du dj londonien, un très joli tour de main qui procure sa dose de frissons. Agréable surprise également que ce remix de Hym occupant toute la face B dont la construction très explosions-in-the-skyesque, comprenez par là : montée en puissance, puis explosion, puis redescente sur terre, change totalement la perception que l’on peut avoir de la musique d’Isis. Une véritable pièce-maîtresse qui donne vraiment envie de retourner le disque une fois la face A terminée, bravo monsieur Broadrick.

Et bien en voilà une bonne surprise ! Trois remixes de premier choix, cent pour cent expérimentaux, qui réussissent à procurer à l’auditeur des émotions nouvelles. Et si ce second volume est peut-être plus difficile d’accès que son prédécesseur, il n’en demeure pas moins nettement plus abouti et digne d’intérêt. On attend la suite qui devrait se montrer le 3 août.

note : 8

par johan, chronique publiée le 28-07-2004

A voir également :

http://www.sgnl05.com/

?>