.:.Chronique.:.

Pochette

Magyar Posse

Kings of Time

[Oscill Records::2004]

Avec un nom pareil, on pourrait croire que Magyar Posse est un groupe de hip hop hongrois et pourtant ce n’est pas le cas. Magyar Posse est une jeune formation finlandaise qui évolue dans un registre post-rock, et qui sortait il y a deux ans dans l’indifférence quasi-générale son premier album We Will Carry You Over The Mountains. Mais malgré cet anonymat assez peu compréhensible, un label français absolument inconnu au bataillon nommé Oscill Records, a fait le très judicieux choix d’éditer le second album fraîchement sorti de cet étrange groupe dans notre beau pays, et ça, personne ne s’en plaindra.

Post-rock. Quel terme pompeux. Pourtant il faut bien trouver un nom générique qui permet d’englober des groupes similaires, ou du moins pas complètement différents comme Godspeed You! Black Emperor ou Sigur Ros. Et c’est donc de post-rock qu’on taxera la musique de Magyar Posse, car après tout, toutes les conditions sont réunies pour que ces six finlandais se voient affublés de cette grosse étiquette : une base guitare/basse/batterie accouplée à d’autres instruments plus ou moins atypiques, des ambiances délicates, des titres qui dépassent les huit minutes, l’intensité, la douceur, la force, la faiblesse… Magyar Posse connaît tout cela. Mais là où les Finlandais tirent leur épingle du jeu, c’est en proposant une musique d’une noirceur impressionnante, apocalyptique serait le mot.

Le disque s’ouvre sur une intro somme toute assez classique, mais dès le second titre on comprend sa douleur. Un violon joue un air mélancolique, et bien vite les autres instruments imposent leur ambiance lugubre et captivante. On est impressionné par la densité du son et la force dégagée par cette mélancolie troublante. L'art d'allier la tristesse à la robustesse est maîtrisée de manière remarquable, de quoi faire pâlir chaque membre de Godspeed You! Black Emperor. Puis une voix féminine monocorde faisant office de choeur se mêle à cette masse instrumentale, apportant une certaine dimension folk absolument pas superflue. Ce titre ne dure que cinq minutes et on est déjà tout chamboulé. Puis arrive le troisième titre, et là tout est multiplié : la longueur, l’intensité, la densité, la beauté. L'aspect folk est toujours présent, on peut également penser au titre Atom Heart Mother de Pink Floyd lors des explosions de décibels. Le groupe se paye même le luxe d'installer plusieurs ambiances complètement différentes dans ces onze minutes d'orchestration magistrale. Rarement le rock instrumental aura été si frissonnant et il y a fort à parier que la recette de Magyar Posse marquera bon nombre de formations dans le futur. Bref, après toutes ces émotions, un peu de répit était obligatoire. Les six Finlandais nous offrent donc une quinzaine de minutes de minimalisme apaisant pour enfin repartir de plus belle sur des ambiances plus conventionnelles mais toutes aussi décoiffantes et mélancoliques que les vingt premières minutes du disque. On regrettera seulement que toute cette poèsie dévastatrice se termine sur quelques notes un peu poussives, mais pas de quoi altérer la qualité de ce Kings of Time.

Bouleversante et déconcertante, voilà comment qualifier la musique de Magyar Posse de manière plus explicite et fédératrice qu’une vulgaire appellation « post-rock ». Kings of Time est un disque unique et inattendu qui place cette jeune formation finlandaise en tête des outsiders de Silver Mount Zion et des autres grands noms du label Constellation. L’un des disques incontournables de cette année 2004.

note : 9

par johan, chronique publiée le 23-07-2004

A voir également :

http://www.verdurarecords.com/magyarposse/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur
yves : avis du rédacteur

?>