.:.Chronique.:.

Pochette

Siewert, Martin

No Need To Be Lonesome

[Mosz/Metamkine/Wave Shop::2004]

|01 Just When We Thought It Was Safe|02 Attraktor|03 No Need To Be Lonesome|04 Valentine|05 Any Other Way To Go ?|

Depuis le temps que Martin Siewert traîne dans ce milieu il n’avait jamais pu trouver le bon moment pour sortir un disque sous son propre nom. C’est chose faite aujourd’hui. Ce jeune trentenaire n’avait sorti que des disques en collaborations avec d’autres artistes ou au sein de plusieurs formations comme Trapist, Efzeg ou SSSD. Alors bien sur on ne se refait pas. M.Siewert a travaillé sur cet album avec des gens avec qui il a déjà publier d’autres disques. Ainsi Martin Brandlmayr et Tony Buck participent-ils en tant que batteurs, la basse de Werner Dafeldecker est elle employé sur « Valentine » ainsi que celle de Patrick Pulsinger. Pas de surprises donc. On reste entre amis. C’est vrai quoi pourquoi chercher ailleurs alors qu’on a de très bons musiciens sous la main ? Du coup avec cet album on se sent un peu comme chez soit, avec l’impression de retrouver des gens qu’on connaît par cœur et qu’on écoute non pas religieusement mais avec un certain plaisir.

« No Need To Be Lonesome » est un disque de post-rock électronique. M.Siewert mélange les expériences de ces années passées mais laissant résolument de côté tout le pan expérimental de sa jeune carrière. Ainsi cet album est certainement plus proche d’une production à la Thrill Jockey (label sur lequel Trapist a sorti un album cet année) que les différents disques qu’il a pu sortir sur Grob ou Charhizma. Quoiqu’il en soit les long morceaux qui nous sont proposés ici se digèrent avec la plus grande des facilités nous faisant rappeler que même si le post-rock n’est plus sur le devant de la scène il n’en demeure pas moins qu’il est toujours vivant et loin d’être moribond. Bien sur ce disque n’est de ceux que l’on porte aux nues ou qui nous fait tomber à la renverse mais il permet de passer un moment un peu plus qu’agréable. L’expérience aidant notre allemand sort donc un album solide aux relents certes un peu nostalgiques mais qui fait largement du bien par où ça passe.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 09-07-2004

A voir également :

http://www.mosz.org

?>