.:.Chronique.:.

Pochette

From Atumn To Ashes

The Fiction we live

[Vagrant::2003]

|01 The dinner after payback|02 Lilacs & lolita|03 No trivia|04 Miligram smile|05 The second wrong makes you feel right|06 Every reason to|07 Autumns monologue|08 Alive out of habit|09 All i taste today is what's her name|10 The fiction we live|11 I'm the best at ruining my life|

Deuxième album pour From Autumn To Ashes après le très bon "Too bad you're beautiful" sortit en 2001; et force est de reconnaitre que leur hardcore/metal riche en émotion est toujours aussi intense et excitant. Si quelques changements sont de mise, la recette reste grosso modo la même.

On a ainsi toujours affaire à des mélodies et des rythmes assez punk et rapides, combinés à un mélange de chants rugueux en alternance avec la voix plus posée du batteur. A propos de celui-ci d'ailleurs, les imperfections qui font tout le charme de sa voix n'ont volontairement pas été corrigées et son jeu de batterie est toujours aussi bon. Tout comme sur le premier album, Melanie Wills de One True Thing prend le micro le temps d'un titre (Autumns monologue); mais alors qu'elle constituait en quelque sorte le grand final de ce premier effort, elle se voit ici adresser une réponse par le biais du titre "The fiction we live", un acoustique plutot mélancolique. Sans être incroyablement original, le jeu de correspondance qui s'établit entre les deux morceaux reste néanmoins intéressant et efficace.

Même si c'est donc la continuité qui domine, des changements dans la musique de FATA sont observables bien que limités. Tout d'abord, les morceaux sont assez courts, ce qui n'est pas un mal car sur l'opus précédent on pouvait avoir l'impression que le groupe cherchait à allonger exagerement leur durée. Mais surtout, FATA semble évoluer vers une sensibilité plus "pop" si l'on peut dire. Peut-être est-ce dû au changement d'écurie, puisque le groupe est passé de Ferret (Every Time I Die, Blood Has Been Shed) à Vagrant (Get Up Kids, Saves The Day); cela se ressent via une inspiration moins heavy metal pour les riffs et un recours plus fréquent au chant mélodique du batteur qui devient presque aussi présent que le chant guttural.

Dans l'ensemble, c'est un album au moins aussi bon que son prédécesseur qui est livré par FATA, même si le léger virage amorcé sur ce "The fiction we live" laisse parfois un sentiment de regret à l'égard de la rugosité nerveuse plus présente sur leur premier disque.

note : 8

par dropkick, chronique publiée le 03-07-2004

A voir également :

http://www.fromautumntoashes.com

http://www.vagrant.com

?>