.:.Chronique.:.

Pochette

Mono

Walking cloud and deep red sky, flag fluttered and the sun shined

[Human Highway Records::2004]

|01 16.12|02 Mere your pathetique light|03 Halcyon (beautifl days)|04 2 candles, 1 wish|05 Ode|06 The sky remains the same as ever|07 Lost snow|08 A thousand paper cranes|

Mono. On a souvent accusé ce quatuor japonais de copier grossièrement Mogwai et les autres grands noms du post rock, peut-être pas forcement à tort d’ailleurs. Mono joue effectivement une musique instrumentale, à la fois explosive et cotoneuse, et cela depuis trois albums maintenant. La recette est toujours la même depuis les débuts du groupe mais il faut se rendre à l'évidence : les Japonais plaisent au public et ce nouvel album ne fera certainement pas exception à la règle.

Quand ils étaient écoliers, les membres de Mono devaient être du genre à recracher bêtement leurs cours pendant les interros. Le problème avec ces gosses, et ça tous les profs vous le diront, c’est qu’on ne peut rien leur reprocher puisque leurs devoirs sont toujours bien faits malgré un manque évident de recul, quoiqu’il en soit ces élèves se débrouillent toujours pour avoir la moyenne et ont le don d’ennerver leurs petits camarades qui prennent désespérémment des risques et se tapent des taules. Et bien les petits gars de Mono ont grandi mais leur démarche est toujours la même. En clair ils ont bien appris leur leçon, ont bien digéré chaque disque de Mogwai, Godspeed You ! Black Emperor, Explosions In The Sky ou Labradford et recrachent tout ça sur disque dans l’espoir de plaire à l’auditeur, comme pour lui dire « T’as vu ? Nous aussi on sait faire du bon post-rock avec du piano et des violons ». Et c’est vrai que leur post-rock est intéressant, on ne peut pas leur amputer ça. Les riffs sont beaux, les ambiances sont glaciales et poètiques, bref ce nouvel album est un beau voyage sombre et intense, avec sa dose d'explosions et d'instants flottants. Du bon post rock de très haut niveau qui ravira les amateurs et qui plaira peut-être même aux néophytes. Mais voilà, le gros problème de Mono est toujours le même : Un ou deux titres absolument énormes, et tout le reste semble être du remplissage inutile, barbant, redondant, fatiguant. Il est évident que Mono copie la démarche artistique de formations réputées et adulées, mais ceci leur cause préjudice bien plus qu’ils ne doivent le soupçonner eux-même. A chaque titre qui passe on éspère un éclair de génie, une quelconque innovation qui relèvera l’intérêt de ce disque. Mais non, Mono n’est qu’un groupe de post-rock parmis tant d’autres, peut-être au dessus de la moyenne en terme de qualité, avec une production impeccable et une palette de sons très riche, mais ce qu’on retiendra de ce troisième album c’est que le quatuor nippon ne se donne pas les moyens de renouveler le post-rock et c’est bien dommage car des formations comme Gregor Samsa prouvent que c’est encore possible de le faire en 2004. Ce disque est certes bon, voir même très bon puisque finalement assez peu de groupes maîtrisent aussi bien la finesse et les ambiances sombres, mais ce n'est pas suffisant pour s'élever au rang de légende du post-rock. Bien essayé.

note : 5.5

par johan, chronique publiée le 28-06-2004

A voir également :

http://www.mono-44.com/

.:.L'avis des autres rédacteurs.:.

jean marc : avis du rédacteur
Noémie : avis du rédacteur

?>