.:.Chronique.:.

Pochette

Poirier, Ghislain

Conflits

[Intr_Version::2003]

|01 Les Deux Bouts Du Monde|02 Rupture|03 Où Je Vais Aller|04 Terrorisme Alimentaire|05 Plus Gros Qu'Enorme|06 Resister|07 Pour La Suite Du Monde (avec Séba)|08 Les Maladies, Les Médicaments|09 Les Attentions Délicates|10 Inégalités|11 Les Retombées|12 Un Siècle De Génocide|

Quand j’ai écouté ce disque pour la première fois je n’en ai pas cru mes oreilles. Au début il me semblait que c’était un disque d’électro-dark mais dès que les parties hip-hop sont apparues j’ai failli crier au scandale. Avez-vous déjà entendu un canadien francophone faire du rap ? Moi non, jusqu’à aujourd’hui. J’ai tout à coup cru entendre Garou qui se serait découvert une nouvelle vocation. J’ai donc longtemps hésité entre le rire et la consternation. C’était forcément une plaisanterie, quelque chose à prendre au second degré, de ces canulars dont on se dit qu’il y a quelque chose qui vous échappe, qu’on vous prends pour un imbécile ou qu’il risque de nous tomber sur le coin de la gueule quelque chose de pas très catholique. Et pourtant…pourtant… ce disque est tout à fait sérieux. Très sérieux même. Rien que le titre parle de lui même. Ensuite le label, Intr_Version, n’est pas vraiment adepte de la blague carambar. Rien que pour cela, le disque méritait une seconde écoute plus attentive.

« Conflits » démarrait donc sur des instrumentaux assez électro-dark disais-je, le rap de Ghislain Poirier ne l’est certainement pas moins, dark. Toutes ses paroles ne sont qu’un déversement de dégoût voire de haine envers une société occidentale qui ne s’arrête plus de se regarder le nombril et qui ne jure plus que par le dieu pognon. G.Poirier donne même mention spéciale pour l’industrie américaine du cinéma qui selon lui (et Séba –on devine que cela doit être Sébastien dans la vraie vie-) « … quand on veut exporter notre cinéma de leur bord / Leur frontière ils la barrent de tribord à bâbord / Le libre-échange pour eux autres c’t’une notion à sens unique ». Enfin ici je ne fait que retranscrire les passages les plus soft. G.Poirier se fait finalement le défenseur de valeurs un peu plus humaine et ne semble attendre qu’une seule chose est que tout cela pète non pas pour ramasser les miettes mais pour reconstruire un monde plus ouvert et sans doute plus juste. De l’utopie me direz-vous. Assurément mais il est parfois bon de se réfugier dans l’utopie ne serait-ce que pour s’oxygéner.

Mon jugement sur ce disque s’est pour le moins inversé mais le seul hic, et il est de taille, c’est cet abominable accent québecquois qui donne ce préjugé atroce que l’on est en face du dernier des ploucs. C’est difficile de s’y faire et c’est bien dommage car ce « Conflits » dégage une force et tient un discours qui pousse à s’interroger sur notre société. Un disque militant en somme.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 11-06-2004

A voir également :

http://www.intr-version.com

?>