.:.Chronique.:.

Pochette

Hauschka

Substantial

[Karaoke Kalk::2004]

|01 Orange I|02 Vielleicht|03 Golden|04 Dark I|05 Sequence I|06 Fragile|07 Wait|08 Sequence II|09 Cardiff|10 Dark II|11 Orange II|

Il n’est pas si fréquent que cela d’entendre des albums où le piano est l’instrument principal. C’est le risque qu’a pris Volker Bertelmann (Music A.M.) accompagné sur quelques morceaux par la basse de Stefan Schneider (To Rococo Rot, Mapstation, Music A.M.). Projet risqué donc que ce premier disque sous cette entité. « Substantial » est le type de disque qui demande une concentration totale afin de pouvoir percevoir toutes les subtilités des compositions. Quand on dit piano on pense souvent à Wim Mertens, Michael Nyman ou au pire George Winston. La comparaison s’arrête ici car Hauschka n’est certainement pas de ceux qui calquent des recettes pour se les approprier. D’ailleurs on le sent tout de suite. Dès les premiers instants on sait sur quelle voie on s’engage mais on sait également que le voyage risque d’être des plus intéressant. La musique de Hauschka a ce petit côté post-rock mélangé avec des bribes de sonorités jazz qu’on avait jamais oser aborder, à ma connaissance, avec un piano mis en avant de cette manière.

C’est donc sur une douce mélancolie qu’évolue ce « Substantial ». En même temps la mélancolie ce n’est pas quelque chose de forcément inconnue de l’autre côté du Rhin. Il y a cette espèce de tradition romantique à l’allemande qui ressort de ce disque. Certains pourront trouver cet album proprement pénible et d’un ennui mortel mais ce serait vraiment parce qu’ils auront écouter ce disque d’une oreille trop distraite. Car oui « Substantial » est un album réellement beau, qui se suffit à lui même et qui n’a guère besoin d’explication. Tout y est évident. Pourtant cette évidence ne saute pas fatalement aux yeux. Il faut pouvoir bien s’imprégner des ambiances et des subtilités de chaque titre. Quand cette démarche est accomplie toutes les barrières tombent, on en vient à oublier tout le reste et penser que le piano est vraiment l’un des plus beaux instruments qui soit. Vous en doutiez ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 09-06-2004

A voir également :

http://www.hauschka-net.de

http://www.karaokekalk.de

?>