.:.Chronique.:.

Pochette

Cunningham, John

Happy Go Unlucky

[Top 5 Records::2003]

|01 Losing Myself Too|02 Here It Is|03 Way To Go|04 Can’t Yet Used To This|05 It Isn’t Easy|06 You Shine|07 Invisible Lives|08 Welcome To The World|09 Take Your Time|10 It Goes On|

John Cunningham n’est pas quelqu’un de pressé. Il a fallu quatre ans de gestation pour donner naissance au successeur du magnifique « Homeless House », alors paru sur le regretté label Les Disques Mange-Tout, et pour voir que J.Cunningham n’a rien perdu de son talent de song-writer. Ceci étant J.Cunningham nous montre sur cet album qu’il reste un grand fan des Beatles. Dès le départ on s’embarque dans des envolées lyriques que n’aurait pas renié le groupe de Liverpool.

Bref, si on arrive à faire abstraction de cette comparaison facile, on reconnaîtra à J.Cunningham un certain talent pour la mise en forme, les arrangements et, somme toute, un sens mélodique appréciable. Si « Homeless House » se voulait plus automnale, « Happy Go Unlucky » se révèle être moins pessimiste et dégageant un peu plus de fraîcheur. Même si ce disque n’atteint pas les sommets du précédent album, il est loin d’être négligeable et s’apprécie à sa juste valeur. Alors ce disque pourra paraître comme presque anachronique. D’ailleurs il ne l’est pas que presque, il l’est complètement. C’est sans doute parce qu’il est hors-mode que je l’aime bien. En voilà un qui a compris il y a bien longtemps qu’il ne servait à pas grand chose de suivre la mode du moment. Au pays des plaisirs simples J.Cunningham est roi.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-09-2003

A voir également :

www.happy-go-unlucky.net

www.top5records.net

.:.Un autre regard.:.

Difficile à définir puisqu’il empreinte autant au folk, qu’à la pop, et au rock, Happy-go-unlucky est le dernier John Cunningham, qui paraît quatre ans après Homeless House. Happy-go-unlucky est un album bien sympathique à savourer sans modération en ce printemps indécis. La finesse de l’écriture et la sensibilité qui émanent des mélodieuses compositions de ce disque sont la preuve que l’on peut - aujourd’hui encore - faire des disques pop/rock de talent, à l’écart des ornières tracées par les groupes en The & Co.

Happy-go-unlucky nous offre une pop légère, envoûtante et inspirée. Cet album sonne parfois à la manière des morceaux les plus psychédéliques des Beatles, nous rappellent Nick Drake, Robert Wyatt ou encore Syd Barrett. C’est peut-être ce que l’on peut lui reprocher, à ce disque, de ne pas masquer davantage ses influences ; mais peut-on l’en accuser? Certainement pas.

note : 8

par Noémie, chronique publiée le 16-09-2003

?>